Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

pete fromm, mon désir le plus ardent

Je n'ai pas réussi à rentrer immédiatement dans ce roman. Mais il faut parfois fournir un effort pour obtenir récompense et ce fut le cas car à ma grande surprise, passé le cap de quelques dizaines de pages, je fus très attachée à trouver du temps pour en poursuivre  la lecture.
La présence des corps et du corps est omniprésente. Corps sportifs, beaux et musclés, qui s'adonnent au rafting, affrontant les remous et les rapides dans la descente de capricieuses rivières, corps aimantés qui s’enivrent des plaisirs les plus fous. Les ébats amoureux sont formulés délicieusement : on trouve dans ces passages autant d'humour que d'amour, autant de cette violence particulière du désir qu'une infinie tendresse. Et puis, comme un couperet, il y aura aussi le corps malade de l'héroïne, corps malade qu'elle s'évertue à oublier tandis que Dalt, son compagnon, anticipe les contraintes futures que la SEP ne se privera pas de distribuer. La SEP ? C'est ainsi que Maddy  fait la connaissance de sa maladie. Le sigle est expulsé de la bouche d'un médecin indélicat : Sclérose En Plaques. De sigle, il deviendra acronyme au sein du couple.
Le désir le plus ardent est sans doute pour Dalt et Maddy celui d'avoir un enfant. Pas facile avec la maladie qui contraint davantage de jour en jour les mouvements.  C'est ce parcours de deux combattants que le roman raconte sans mettre de côté l'intime des pensées et des gestes, faisant rentrer le lecteur dans les contradictions d'une future mère désirant au plus haut point l'enfant à naître tout en se demandant si ce n'est pas une pure folie. On s'accroche au scenario, on veut savoir. Réussiront-ils ? Quelques années plus tard, sans dévoiler l'histoire, un autre problème apparaît, grave. Qui est lié à la confiance, qui est lié au sens de l'Amour, celui qu'on se porte, à soi, celui qu'on porte à  l'autre. Pete Fromm excelle à remuer le couteau dans la plaie, pas par complaisance, mais parce qu'il ne peut agir autrement. Il a en effet créé un personnage de femme courageuse, intègre, entière et honnête. Alors un tel cocktail, c'est inévitable, entraîne des pensées et des conversations parfois sombres et orageuses.
Il n'en reste pas moins qu'un véritable amour est dépeint dans ce roman : le drame y côtoie l'humour et le doute n'exclue pas les certitudes. Une très belle histoire... d'amour !

Gallmeister ; 2018 ; 283 p. ; 22,70 € ; traduit de l'américain par Juliane Nivelt

Ce roman fait partie de la sélection du Prix Cezam Inter CE 2019

Tag(s) : #Littérature étrangère

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :