Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la grande roue, diane peylin

Voici un livre désarçonnant. Il est construit à plusieurs voix et recèle beaucoup de mystère. Le lecteur est placé en situation d'attente et ne peut comprendre ce qui relie les chapitres entre eux. Ces derniers font s'alterner des personnages et des situations : Tess est perdue dans une ville, affaiblie, comme saisie de folie, Emma découvre l'amour qu'elle partage avec un certain Marc dont elle grossit les qualités et minimise les défauts, David se fait engager comme ouvrier au fin fond d'une région montagneuse hostile, Nathan est convoqué par le commissaire Field.
Quatre histoires en parallèle qui donnent lieu à des scènes totalement différentes, ne serait-ce que par les lieux dans lesquelles elles se déroulent : univers urbain ou rupestre, bureau d'un commissariat et appartement d'un couple d'amoureux.
Ce roman à quatre voix constitue une belle prouesse dans la mesure où il emmène lentement son lecteur vers des explications tellement attendues mais qui s'avéreront totalement inattendues.  On reste saisi, abasourdi.
Le sujet essentiel du roman apparaît peu à peu dans le parcours d'Emma, jeune femme naïve qui ne parvient pas à réaliser l'urgence à mettre fin à une relation amoureuse destructrice.
La plupart des phrases sont courtes, ce qui est un peu fatigant car les points posent mille incises dans la lecture intérieure. Mais on s'y habitue, tenu par l'envie de démêler les quatre fils. Et quand enfin ils le sont, il est évident que l'on peut relire le roman d'une tout autre façon... Mais chut !

Les Escales ; coll. Domaine français ; 248 p. ; 17,90 €

Ce roman fait partie de la sélection du Prix Cezam Inter CE 2019

Tag(s) : #Littérature française

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :