Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

revolver, marcus sedgwick, littérature jeunesse

Ce magnifique roman jeunesse se situe tantôt en 1899 à l'extrême ouest de l'Alaska, dans la ville de Nome envahie par les orpailleurs, tantôt en 1900 au nord de la Suède dans une cabane au bord d'un lac.
Le revolver en première de couverture peut refroidir (!!) mais cet objet constitue en réalité une  symbolique fort intéressante dans le récit : objet d'enseignement pour Einar envers son fils Sigfried, objet autour duquel se cristallise le suspense dans le dénouement final.
En 1899, la vie de la famille Andersson s'organise autour du travail du père qui évalue la pureté de l'or, de la mère à la santé très fragile et d'Anna, fille aînée, qui joue à merveille son rôle de grande sœur vis-à-vis de Sig alors âgé de cinq ans.
Onze ans plus tard, la vie a bien changé. La mère n'a pu être sauvée de la maladie et Einar vit avec ses enfants et sa nouvelle compagne, Nadya, dans une cabane en Suède. C'est dans cette cabane que s'ouvre le roman dans une ambiance à proprement parler glaçante : Sig est seul dans la cabane veillant sur la dépouille de son père déposée sur la table. Nadya et Anna sont allées chercher des secours. C'est alors que toque à la porte le gigantesque et menaçant Wolff, vis-à-vis duquel Einar aurait contracté une dette.
- On avait conclu un marché, ton père et moi. On travaillait ensemble. Là-bas à Nome. On avait un accord. Un arrangement, comme qui dirait. Faut croire qu'il a oublié. Il est parti sans dire au revoir. Et moi, je suis venu ici lui rappeler notre contrat. (...)  Ça fait dix ans. Oui. Je sais. Il m'a fallu une décennie entière pour vous retrouver. Et maintenant.... voilà qu'il meurt la veille de mon arrivée. Mais je crois quand même que tu vas pouvoir m'aider.
En s'immergeant dans les pages, on découvrira dans les parties du récit qui se déroulent à Nome en quoi consiste ce mystérieux arrangement et surtout on se laissera emporter par l'intrigue, se demandant, si et comment, le jeune Sig pourrait se sortir des griffes de l'épouvantable Wolff.
Mené par un narrateur extérieur, le récit emprunte une belle langue , précise, et  expose un art maîtrisé du dialogue. Le roman se lit d'une traite avec délectation tant il ne se résume pas à l'intrigue qu'il recèle. La philosophie, l'intelligence, les valeurs de la transmission sont en filigrane les piliers de ce bel édifice.

2012 ; Éditions Thierry Magnier ; 203 p. ; 11,40 €. Traduction de l'anglais (Grande-Bretagne) par Valérie Dayre

Alaska Nome Orpailleurs
Nome en 1900
Ruée sur l'or
Un orpailleur à Nome


 

Tag(s) : #Coup de coeur, #Littérature jeunesse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :