Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la cheffe, roman d'une cuisinière, marie ndiaye, gastronomie

Le narrateur a travaillé de nombreuses années aux côtés de la Cheffe, dans son restaurant bordelais À la bonne heure. Le narrateur est un je dont on ne connaîtra jamais le prénom, pas plus d'ailleurs qu'on ne saura celui de la Cheffe, sinon à la toute fin du roman. Le premier objectif de notre narrateur est de raconter les épisodes de la vie de l'extraordinaire cuisinière, des éléments qu'il a pu glaner à force d'attente et de patience, de réserve et de respect, mais d'impatience aussi, celle-ci, toute contenue à l'intérieur de lui-même, tout comme le sont aussi, contenus, ses sentiments, dont il sera bien obligé d'admettre qu'ils sont de nature amoureuse, malgré les années qui les séparent tous deux.
C'est volontairement que j'ai construis cette phrase qui précède, un peu longue, car c'est un peu la sorte d'envoutement qui agit au contact de l'écriture de Marie Ndiaye. Les phrases sont tout en circonvolutions, rebondissements, et il faut être d'une presque totale disponibilité pour les apprécier. Plonger dans l'histoire de la Cheffe, cela se mérite. Il faut donc s'immerger dans le style pour accéder à l'histoire, pas seulement aux faits de vie, mais aussi à l'esprit même de cette femme formidable et aux comment et pourquoi il s'est forgé de cette manière.
Le narrateur est d'ailleurs tellement empreint de l'esprit de la Cheffe, de sa fine psychologie, qu'il lui semble la trahir en révélant son histoire. Et c'est donc avec une forme de délicatesse, un goût de la précision qu'il se doit de l'exposer. Il lui faut rester fidèle à Elle,  à sa pudeur, à sa simplicité, à son intégrité, tout en la trahissant en quelque sorte par le simple fait de la raconter. En cette terrible contradiction s'inscrit toute la subtilité de l’œuvre. Mais pas seulement, car autre chose se raconte, d'une nature presque terrifiante quand enfin on en prend conscience, c'est l'effacement de celui-même qui craint tellement de trahir l’Être de la Cheffe. Il se fait si petit sans que même jamais elle n'ait cherché à l'écraser !! Et à force de ne poursuivre qu'un seul objectif tout au long de sa vie, qui est de comprendre la Cheffe pour s'en rapprocher, il atteindra les sommets d'une redoutable abnégation. Époustouflant !

Gallimard ; 2016 ; 275 p. ; Édité aussi dans la collection Folio

Tag(s) : #Littérature française, #Coup de coeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :