Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

orhan pamuk, cette chose étrange en moi

Mevlut, natif du village de Cennetpinar, rejoint Istanbul à l'âge de neuf ans. Après ses journées d'école, il accompagne son père dans sa tournée de vendeur de yaourt et de boza. Tous deux, ils arpentent quartiers et rues, rencontrent leurs habitants. C'est ainsi que se crée entre notre héros et Istanbul une relation incontournable : elle l'accueille et le fait grandir, le fait réfléchir et douter, et lui la voit s'étendre, se modifier, et toujours palpiter tel un cœur gigantesque, au fil des décennies.
Grande fresque romanesque, immersion dans la ville à la découverte de ses bidonvilles et de ses quartiers chics, Cette chose étrange en moi avec ses 660 pages laisse la place aux détails comme aux approfondissements. Car en effet, on assiste au déploiement d'une histoire d'amour tout en découvrant la vie stambouliote : urbanisme, migrations de populations, classes sociales, métiers, politique, réseaux électriques et fraudes. Les marchands ambulants occupent une place de choix : Mevlut vendra du yaourt et de la boza, mais aussi des billets de chance, des glaces, du pilaf aux pois chiches.
On découvrira aussi dans ce roman "Comment écrire une lettre d'amour ? "  ou encore une réflexion sur "L'intention du cœur et l'intention de la langue".
Orhan Pamuk, prix Nobel de littérature en 2006, offre une écriture ciselée. Il formule et reformule une idée, un sentiment, une réflexion. Il faut se laisser emmener et bercer, car les personnages du roman, et notamment Mevlut, sont emplis de doute. Pamuk décrit son esprit tourmenté, ses questions, ses avancées et ses renoncements, toute chose implantée dans des situations concrètes. Mevlut réfléchit mais il marche en même temps dans les rues, puis il revient sur ses pas, voulant vérifier un détail. Une même rue est décrite tantôt en hiver, tantôt au printemps ; un quartier de la même façon est dépeint plusieurs fois au fil de l'avancée temporelle. Une narration qui va, vient, tourbillonne, s'enroule, se déploie.
Le récit est structuré à plusieurs voix changeant régulièrement de narrateur. Un dessin représentant un vendeur ambulant indique que l'auteur reprend la narration. Ce procédé rend la lecture très agréable et permet de manière non empesée de scruter les points de vue de chacun des protagonistes.
Pour l'aide à la lecture : un arbre généalogique en préambule, une chronologie et un index des personnages en annexe.
Coup de cœur pour l'écriture d'Orhan Pamuk que j'adore mais j'ai préféré Le Musée de l'Innocence.

Gallimard Collection Du monde entier 2017 Traduction du turc par Valérie Gay-Aksoy

Ci-dessous Photos souvenirs d'un voyage à Istanbul en 1992 :

turquie, istanbul

 

 

turquie, istanbul, vendeur de rue

 

 

vendeuse de fleurs, turquie, istanbul

 

 

vendeur billets de loterie, turquie, istanbul

 

 

 

Tag(s) : #Littérature étrangère, #Coup de coeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :